En ces temps étranges d’un monde tourneboulé, le Chant des Beaux Humains apparaît comme une clairière au milieu des tourments, un instant échappé aux vertiges. Depuis la première édition, artistes renommés ou émergents ont tous pour point commun une cohérence artistique et humaine.


Vendredi, la part belle à la jeune génération de la chanson, et pas des moindres !


Dorémus, fan de Renaud et d’Eminem !

"J'ai que ça comme cadeau... www.benoitdoremus.com. Si vous aimez pas j'le remettrai dans ma culotte, moi c'est la plus belle claque que j'ai reçue depuis vingt ans en matière d'écriture, de chanson...  Le p'tit con était fan de moi. S'est mis à écrire et composer pour faire comme moi. Le pt'it con fait mieux qu'moi !" C’était un matin de novembre 2005, grâce à Sarclo (et quelques autres dans la chaîne !), Renaud venait de découvrir Dorémus.
Depuis, le chanteur a vécu pas mal de choses, des rencontres sur scène avec Renaud, des concerts partagés avec Renan Luce et Alexis HK, de nouveaux albums et, ce n’est pas rien, une de ses chansons enregistrée par Renaud sur un album personnel, privilège que seul Coluche avait connu jusqu’alors.

Leïla Huissoud au-delà de Caravane...
Si l’émission The Voice lui a apporté une visibilité, Leïla Huissoud a une toute autre dimension artistique qu’un simple artefact télévisuel. Alors que son interprétation de Caravane de Raphaël a subjugué chacun, révélant une étonnante maîtrise et un charisme d’une lumineuse simplicité, c’est bien l’écriture de ses propres chansons qui donne la mesure d’une artiste à la personnalité d'ores et déjà affirmée. Au même titre qu’un Julien Doré n’a pas attendu La Nouvelle Star pour être Julien Doré, idem pour Gregory Lemarchal et quelques très rares autres, Leïla Huissoud a ce quelque chose en plus qui ne s’achète pas sur l’autel des médias.

En tout début de soirée, l’Yverdonnois Marcel Tissot aura la lourde tâche d’ouvrir le festival sur la petite scène de l’Amandier.

Et comme il semble bien que Fabian Tharin ne sera pas très loin, il n'est pas exclu du tout que la soirée se prolonge au-delà des concerts. Imaginez donc…  Tharin et Dorémus…  deux des plus originales et plus belles écritures de la chanson actuelle dans un même lieu, qui de surcroît ont un copain en commun qui s’appelle Sarcloret, ça crée des sympathies !


Samedi... Francis Lalanne au Chant des Beaux Humains, comme une évidence…


Il nous a toujours paru être une évidence que Francis Lalanne avait sa place dans ce festival. Encore fallait-il qu’il soit convaincu d’arriver en terre amie. Rencontrer Francis Lalanne, c’est rencontrer un homme en état permanent de création, épris de poésie et le regard porté sur le monde. Figure emblématique, personnage parfois caricaturé, il a des emportements mémorables face à l’imbécilité mais on retient surtout ses émerveillement enflammés devant la possible beauté, et on garde au cœur ses tendresses magnifiques.

Au Chant des Beaux Humains, Francis Lalanne offrira un spectacle particulier, de chanson, de poésie, les incontournables et des pépites à découvrir. Un moment forcément précieux.

En première partie, le groupe suisse Kaceo, emmené par Nicolas Vivier, jeune artiste foisonnant d’idées, homme à la fois de théâtre et de chanson. Une jolie manière de créer un écrin pour accueillir le spectacle de Francis Lalanne.

"Et toute cette beauté, tout ce merdier parce qu’un singe s’est mis debout…"
En prélude à la soirée, la venue de Gildas Thomas. Nous avions très envie qu’il soit là ce 24 janvier avec entre autres sa fameuse chanson "Parce qu’un singe s’est mis debout". Il y a fort à parier que la salle de l’Amandier sera bien petite…


Dimanche... Le régal des sens !


Instauré en 2014, le BRUNCHanson est une idée que nous avons eue avec Marc Aymon et la complicité essentielle de l’équipe de la Maison de Quartier sous Gare. Une grande table, le public et les artistes assis autour. Pas de sonorisation, juste des guitares, des voix, des chansons en acoustique… Une véritable fête ! Après Marc Aymon en 2014 en compagnie de Pierre Lautomne, Fabian Tharin et François Vé, c’est Thierry Romanens qui sera au BRUNCHanson 2015, avec Sand, Patrick Fellay et Mathias Bressan. Sûr que ce ne sera pas triste !

Capitaine, et pas seulement !

En 1989, un titre fait le buzz (avant même que ce mot entre dans le dictionnaire français !) sur toutes les radios francophones. Véronique Rivière chante Capitaine, quasi impossible d’y échapper. Bien sûr, elle n’est pas femme d’un seul titre, mais l’industrie discographique ne l’entend pas ainsi, et après quelques années d’un exil médiatique tel que l’ont connu des Trenet, Higelin ou Nougaro, Véronique Rivière revient délicatement sur le devant des scènes, infiniment touchante et vraie.  Quand nous vous parlions d’élégance humaine…

Pour ce concert, Véronique Rivière sera accompagnée par une des grandes figures de la guitare acoustique contemporaine. Voir ainsi Michel Haumont arriver au Chant des Beaux Humains, ce n’est pas rien !

En préambule, petit clin d’œil qui ne tient que par le nom du groupe Capitaine Etc., en duo pour l’occasion, et dont nous souhaitions la présence dans ce festival, avant même d’en avoir commencé la programmation, autant dire que ça ne pouvait pas mieux tomber !

Parrainé par Marc Aymon, le Chant des Beaux Humains est organisé par le Chant Laboureur, en collaboration avec la Maison de Quartier sou Gare. Et si cela ne faisait pas dans l’allusion facile, nous dirions bien volontiers que du 23 au 25 janvier, cette maison-là aura pour nom "La Maison du Bonheur". Tout sera réuni en tout cas pour que nous partagions des moments heureux. On se réjouit. Avec vous !